Comment rincer, laver et entretenir ses combis ?

Prends soin de ta seconde peau! […]

En savoir plus

Yop, ta combi sent le poney, t’irrite, devient raide avec le temps ou se plisse de partout ? Voici un petit tip pour prolonger la durée de vie et l’efficacité de tes wetsuits …

Premièrement, il est important de rincer ses combis à l’eau claire et froide après chaque sortie. Bien sûr, en trip, ce n’est parfois pas évident de le faire systématiquement. Mais dans l’absolu, un bon rinçage dans les règles, c’est la base des bases pour garder ta combi fraiche et confortable. Le séchage doit se faire naturellement à l’air libre, sur un cintre assez large que pour ne pas abimer les épaules et le tour de cou de la combi. Pour gagner du temps, on peut la faire sécher à l’envers, avant de la remettre à l’endroit en la laissant sécher encore quelques jours. En général, il faut deux-trois jours pour qu’une combi soit bien sèche (si on part du principe qu’elle sèche à l’intérieur). A l’extérieur, ça peut aller nettement plus vite, surtout si il y a un peu de vent et que ce dernier est sec.

Évite cependant de la mettre sécher en plein soleil : nos chères wetsuits n’aiment pas trop les UV. Bien sûr, on peut le faire de temps à autre, mais dans l’absolu, c’est à éviter …

Rares sont les rideurs qui n’urinent pas dans leur combi en navigant. Quoi de plus normal, d’ailleurs, que de satisfaire ce besoin naturel au plus vite ? C’est du temps de ride gagné, mais c’est aussi plus sympa que de se déshabiller à moitié sous la grisaille venteuse d’un spot du nord, le tout après avoir en plus posé son kite au préalable.

Pire, se retenir est le meilleur moyen de rider « frustré » : donc, il vaut mieux se laisser aller quand le besoin se fait sentir.

A ce sujet, et même quand l’eau est froide, un des premiers réflexes juste après avoir uriné est d’entrouvrir le col et d’y faire rentrer un max de flotte pour déjà dégager un max d’urine résiduelle. C’est froid, ça met un peu de temps à s’évacuer, mais c’est ça de gagner niveau odeur …

Bref, revenons à du moins « uro ». Pour conclure sur ce point, à force de transpirer, uriner, fréquenter des lagons un peu poisseux, … une série de bactéries commence à se loger dans le néoprène et les rinçages à l’eau claire peuvent se révéler être insuffisants pour maintenir ta combi au top. Les signaux de cet état son assez évidents : tu développes facilement des petits boutons, notamment sur les flans, et ton entre-cuisse commence à t’irriter sévère.
Rassure-toi, il existe des produits de lavage spéciaux pour néoprène (comme le Wetsuit Cleaner de chez Mystic) qui, mélangé à de l’eau froide, peuvent vraiment redonner un coup de frais à ton néoprène. Pour ce faire, laisse tremper ta combi une ou deux heure dans une dizaine de litres d’eau avec la bonne dose de produit (tu peux faire ça dans un seau, un bac en plastique, une manne, …), malaxe bien le tout et insiste sur les zones sensibles (dessous de bras, région pubienne, …) et n’oublie pas de terminer par un rinçage abondant …

Niveau fréquence d’utilisation du produit : une fois sur dix rinçages me parait suffisant. A adapter en fonction des spots que l’on fréquente, à l’acidité de sa transpi, …

Au niveau du stockage, tu peux laisser les combis pendre sur un cintre, lorsqu’on parle de stockage entre les sessions (comme dit plus haut, bien large pour ne pas déformer les épaules et le tour de cou).

En cas de stockage prolongé et une fois parfaitement sèche, le mieux est de rouler la combi sur elle même pour diminuer l’apparition de plis …

Voilà voilà.

Manix

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *